La relecture

Aller en bas

La relecture Empty La relecture

Message par Emilie21 le Lun 4 Nov - 20:42

Après avoir été sur de nombreux sites, et avoir fait une petite synthèse de tout ce que j'ai trouvé et que j'applique sur mon propre roman, voilà une liste de conseils pour la relecture. je ne parle pas de la lecture orthographique ou grammaticale (pour ça, une seule chose : soyez bien réveillés, n'en faites pas trop d'un coup, prenez votre temps allez chercher dans le dictionnaire, Bescherelle, internet, demandez.) Mais la relecture ne s'arrête pas là. Et, sans transition, voici ce que je vous conseille de faire.

1. La relecture à voix haute

Je le mets en premier parce que c'est ce qui est constamment conseillé sur internet, mais c'est plutôt à faire en dernier, parce que si vous modifiez des trucs selon ce que je vais vous dire après, vous risquez de devoir recommencer. N'ayez pas peur de passer pour la réincarnation de Flaubert : lire à voix haute, c'est cool. Déjà, vous verrez tout de suite où placer vos virgules, au moment où vous reprenez votre respiration. Ensuite, les lourdeurs de votre texte vous apparaîtront très vite. Et quand vous lisez dans votre tête, votre cerveau complète automatiquement ce qui manque. Ce qui veut dire que, si vous avez oublié un mot, vous ne vous en rendez pas compte. Mais en lisant à voix haute, ça vous apparaît plus facilement !

2. Les débuts et fins de chapitre

Point essentiel d'un livre, les débuts et fins de chapitre, surtout que c'est le moment où, en général... il ne se passe rien ^^ Idem pour le grand début et la grade fin de votre roman. Le début de chapitre est important : il faut que vous ayez envie de lire le chapitre entier. Si vous vous endormez aux cinq premières lignes, c'est tragique. Pour le lecteur évidemment, mais aussi pour vous parce que vous ennuierez mortellement ceux qui vous lisent (j'exagère xD) Quant aux fins de chapitre, vous le savez: il ne faut pas que ça "finisse" trop. Il ne faut pas que le lecteur soit rassuré, qu'il se dise "ah, enfin, j'ai fini ce chapitre terrible et passionnant, peu importe ce qui se passe après, je vais pouvoir aller me coucher, faire des rêves paisibles, et ne plus jamais rouvrir ce livre puisque de toute façon je sais ce que je voulais savoir." Bon Dieu mais torturez-le, votre lecteur ! Il faut qu'il souffre, qu'il pleure, qu'il ne puisse pas s'arrêter ! Alors, quelques tuyaux pour les débuts et fins de chapitre : demandez-vous s'ils ne pourraient pas commencer plus tard ou finir plus tôt. C'est dans ces parties-là qu'on a envie de broder un peu pour rajouter quelques lignes. Rajouter des lignes, c'est mauvais : supprimez-en. N'oubliez pas que, lors de la relecture, votre roman est censé se réduire. Beaucoup. Faites-les varier, aussi. Si vos chapitres commencent tous par "Le lendemain, il se réveilla à huit heures", pas top. Pour les fins c'est la même chose, le personnage ne va pas se coucher à toutes les fins de chapitres. il a le droit de dormir en plein milieu, aussi, vous savez ? xD
Les débuts doivent accrocher l'attention, les fins doivent avoir une chute, un retournement de situation ou un petit détail qui pousse à aller plus loin. C'est dur de le faire à chaque fois, mais faites l'effort. Vous serez content du résultat !

3. La chasse aux tics de langage

Et là-dessus, croyez-moi, vous n'imaginez pas le nombre de tics de langage que vous pouvez avoir. Oh non, vous n'imaginez pas... déjà, faites la chasse aux "très", "soudainement", "à présent", "cependant". Le style scolaire, c'est lourd, et en relisant attentivement vous verrez que la plupart des adverbes sont inutiles. Si jamais vous trouvez qu'un mot revient un peu trop souvent... faites un petit Ctrl + F, juste pour voir... dans un de mes livres de 120 pages, j'ai trouvé 50 fois l'expression : "A présent". Presque une fois toutes les deux pages. Ouais, c'est énorme, et je n'aurai jamais imaginé abuser de cette expression.

4. Les dialogues

Les "dit-il", "objecta-t-il", "renchérit-il", ça fait littéraire, comme dans les vrais livres, mais enlevez-les. Les deux derniers sont lourds et ça bloque à la lecture. Quant au premier, il est inutile le plus souvent. Laissez-moi vous expliquer : si vous mettez le verbe "dire", c'est vraiment que vous n'indiquez rien sur le personnage en question, ni le ton, la puissance de la voix, l'attitude, l'humeur... donc vous n'indiquez rien d'autre que le fait que c'est lui qui est en train de parler. Mais si vous dites "il" et non pas "Jean-Charles", c'est qu'on sait parfaitement que c'est jean-Charles qui parle, parce que s'il y avait un doute permis, vous auriez écrit "dit Jean-Charles" et non pas "dit-il." Parfaitement logique, non ? Alors relisez bien, et demandez-vous si c'est vraiment indispensable. je ne vous demande pas, évidemment, de faire une épuration complète des "dit-il", mais on ne sait jamais Smile

5. Rendez votre livre mémorable, unique

Conseil audacieux, n'est-ce pas ? Mais j'ai trouvé cette idée sur un site au hasard, que je n'arrive pas à retrouver... Mais ce n'est pas grave, j'ai bien pris en notes, je vais pouvoir répéter Smile Une fois que vous pensez que votre roman est fini, parfait, exceptionnel... non, il ne l'est pas encore Wink Essayez d'identifier les moments forts de votre livre - 5, pas plus. Si c'est un moment fort, il ne fat pas qu'il y en ait trop, sinon il devient banal. Relisez attentivement. Et essayez de trouver 10 façons de les rendre, chacun, plus intense, mémorable, percutant. Vous en trouverez deux ou trois facilement... mais essayez vraiment d'aller jusqu'à 10, vous aurez des idées incroyables auxquelles vous n'auriez jamais pensé. Ensuite, choisissez la solution que vous préférez, et réécrivez le passage en fonction. Faites des cinq moments forts de votre livre des grands moment de la littérature entière, quoi Wink Naaaan je sais, c'est pas facile, mais au moins essayez, il y aura toujours un résultat ! Alors, le moment où Jean-Charles se fait torturer mais qu'il résiste, le moment où Jean-Charles quitte sa femme alors qu'il l'aime mais veut la sauver, le moment où Jean-Charles hésite à épargner ou non le méchant, le moment où Jean-Charles meurt. Voilà, cinq moments forts, rendez-les uniques !

Et voilà, j'espère que ces conseils vous aideront (en tout cas, moi, ils m'aident !) et bonne relecture donc ! Wink
Emilie21
Emilie21
Correctrice
Correctrice


Carnet du romancier
Mes romans/Mes projets:

Voir le profil de l'utilisateur http://rodriguelancai.wix.com/rodrigue-lancai

Revenir en haut Aller en bas

La relecture Empty Re: La relecture

Message par harry4233 le Lun 4 Nov - 21:23

Encore un article qui va bien m'aider pour l'écriture de mon roman Very Happy surtout le paragraphe 5
Merci Émilie La relecture 3217164388

_________________
Je dis pas ce que je pense mais je pense ce que je dis.
harry4233
harry4233
Bêta-lecteur
Bêta-lecteur


Carnet du romancier
Mes romans/Mes projets:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

La relecture Empty Re: La relecture

Message par Tränen le Mar 12 Nov - 20:46

Merci pour ces conseils, ça va m'aider =)

_________________

Tränen
Tränen
Correctrice
Correctrice


Voir le profil de l'utilisateur http://cours-allemand.forumgratuit.be

Revenir en haut Aller en bas

La relecture Empty Re: La relecture

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum